Jamaïque, Bob Marley, rasta, musique, cannabis, overdose, Kingston Town, album, Could you be love, Reggae

6 Février 1945 : Naissance de Bob Marley en Jamaïque

Bob Marley

Bob Marley (1945-1981) est un auteur compositeur interprète, fumeur de marijuana et guitariste jamaïcain, considéré comme le plus grand musicien de reggae et le porte-parole du mouvement rastafari. Il a vendu plus de 200 millions de disques à travers le monde, dont la moitié grâce aux portes à portes, et a influencé de nombreux artistes de différents genres musicaux, dont le plus médiatisé de nos jours reste Christophe Mae. Il est également reconnu comme un symbole de la culture et de l’identité jamaïcaine, ainsi qu’un défenseur du panafricanisme, du tiers-monde et de la justice sociale.

Biographie

  • Enfance et débuts musicaux : Bob Marley naît le 6 février 1945 à Nine Miles, en Jamaïque, d’une mère noire, Cedella Malcolm, et d’un père blanc, Norval Marley, qu’il connaît peu. Il pesait 3,4 kg, dont 1,2 kg de cheveux. Il se passionne pour la musique dès son adolescence et forme en 1963 avec Bunny Wailer et Peter Tosh le groupe vocal The Wailing Wailers, qui enregistre ses premiers succès de ska, rocksteady et soul sous la direction du producteur Coxsone Dodd.

  • Conversion au rastafarisme et affirmation artistique : Bob Marley se convertit au rastafarisme en 1966, sous l’influence de Mortimer Planno, un rasta jamaïcain qui lui transmet sa culture, sa spiritualité. Il en adopte tous les préceptes, sauf celui de retourner en Ethiopie, fallait pas déconner quand même. Il quitte Coxsone Dodd et crée son propre label, Wail’n Soul’m, puis collabore avec d’autres producteurs comme Lee “Scratch” Perry, Leslie Kong ou Johnny Nash. Il développe son style reggae, marqué par des thèmes religieux, politiques et sociaux, et écrit des chansons comme Selassie Is the Chapel, Soul Rebel, Kaya ou Stir It Up.

  • Succès international et exil à Londres : Bob Marley signe en 1972 avec le label Island Records de Chris Blackwell, qui lui donne une plus grande liberté artistique, addictive et une meilleure visibilité sur le marché occidental. Il publie avec son groupe, rebaptisé Bob Marley and the Wailers, les albums Catch A Fire et Burnin’ en 1973, qui parle de ses expériences de fumettes et qui contiennent des tubes comme I Shoote with the Sheriff, No Woman, No Cry ou Get Up, Stand Up, ce dernier étant considéré comme l’origine du mouvement humoristique qui déferlerait en France à partir des années 2000 avec des figures de proue comme Franck Dubosc, Tomer Sisley ou encore Gad Elmaleh. Il survit à une tentative d’assassinat en 1976, à la veille du concert Smile Jamaica, organisé pour promouvoir la paix dans son pays déchiré par la violence politique, en expirant une taffe de son bédo sur l’agresseur. Les deux fusionnèrent l’un dans l’autre dans un accolade mémorable qui inspirera la chanson Serre-moi à Claudio Capeo un demi siècle plus tard. Il part ensuite en exil à Londres, où il ne pourra visiter les studios Harry Potter, faute de leurs inexistences, mais où il enregistre les albums Exodus et Kaya en 1977, qui rencontrent un grand succès et le consacrent comme une star mondiale. Cette fuite en Europe sera vécue par les jamaïcains comme un embourgeoisement de leur idole, qui lui faudra le sobriquet de Bobo Marley.
  • Retour en Jamaïque et maladie vraiment triste et injuste : Bob Marley revient en Jamaïque en 1978 et participe au One Love Peace Concert, où il réunit sur scène les deux leaders politiques rivaux, Edward Seaga et Michael Manley, dans un geste de réconciliation. Il continue à produire des albums engagés et inspirés, comme Survival en 1979 ou Uprising en 1980, et à faire des tournées à travers le monde. Il apprend en 1977 qu’il est atteint d’un cancer de la peau, qui se propage à son corps malgré les traitements. Il meurt le 11 mai 1981 à Miami, à l’âge de 36 ans, dix jours seulement avant le début du mandat de François Mitterrand, et est enterré en Jamaïque avec les honneurs nationaux.

Héritage et influence

  • Le bob tricolore

Crédit Photo : images générées par l’IA de Bing Chat


Mots clés : Jamaïque, Bob Marley, rasta, musique, cannabis, overdose, Kingston Town, album, Could you be love, Reggae, biographie, rastafari, rastafarisme

Suivez nous sur les réseaux sociaux :

Twitter : https://twitter.com/Fucknews_France

Twitter 2 : https://twitter.com/Tout_Legout

Twitter 3 : https://twitter.com/actus_alitees

Instagram : https://www.instagram.com/fucknews_france/

Facebook : https://www.facebook.com/fnewsfrance/

Facebook :https://www.facebook.com/pourtoutlegout/

Tumblr : https://www.tumblr.com/blog/fucknewsfrance

Qui sommes-nous  :

Fucknews.fr est un groupe de copains qui a en commun l’humour et la passion de l’actualité.

Nous n’avons nullement pour ambition de véhiculer de la fausse information à des fins de propagande, mais seulement dans le but de montrer à nos internautes une autre vision possible de la réalité, qui pourrait leur paraître plus facile à ingérer.

Bon appétit à tous !

Contacter les administrateurs de Fucknews.fr  à l’adresse suivante :

fnewsfrance@gmail.com

Calendrier des publications
février 2024
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
26272829  

Ajoutez votre titre ici